Archives du Mois : mars 2020

Mar 13

LA PLUS BELLE CONJONCTION DE L’ANNEE

En ce moment, pas moins de trois planètes se donnent rendez-vous à l’Est, juste avant le lever de Soleil.

Dès 4h00 du matin, pour les observateurs ayant un horizon bien dégagé vers l’Est (Bastia et la Plaine Orientale) et à partir de 4h30 – 05h00 pour Ajaccio et les observateurs de la Côte Occidentale (selon la hauteur des collines ou des montagnes).

Jusqu’au 18 mars 2020, elles apparaîtront sur la même ligne, dans l’ordre suivant : Mars, Jupiter puis Saturne.

Mars est reconnaissable à sa couleur orangée ; Jupiter, de couleur blanche, est la plus brillante ; Saturne, également de couleur blanche, est moins brillante que Jupiter.

Mars, étant plus proche de la Terre et par conséquent du Soleil, elle se déplace plus vite que Jupiter et Saturne (Loi de Kepler). L’intérêt d’une observation étalée sur la deuxième quinzaine du mois de mars, sera de voir la planète Mars, en perspective, « rattraper » d’abord Jupiter, la dépasser, puis rejoindre Saturne.

Ainsi, au fil du mois, la position relative des astres va changer :

  • Jusqu’au 19 mars, la planète Mars sera à droite de Jupiter,
  • Le matin du 20 mars, la planète rouge sera à seulement 1° de Jupiter,
  • Le 26 mars, la planète Mars sera entre Jupiter et Saturne, exactement à égale distance des deux,
  • Le 31, Mars rattrapera Saturne.

Mais, ce n’est pas tout !!!

Le 18 mars 2020, la Lune, viendra se mêler à ce ballet céleste.

Si la configuration entre ces quatre astres sera la plus spectaculaire le matin du 18 mars, le lendemain, 19 mars, la Lune, qui sera déjà un peu plus à l’Est de Saturne, nous offrira une  « lumière cendrée » plus intense.

Un petit rappel de ce qu’est la « lumière cendrée » : la Terre, comme la Lune, est éclairée par le Soleil et renvoie donc, vers la Lune, une partie de la lumière reçue du Soleil. la Terre étant plus grande que notre satellite, la quantité de lumière renvoyée suffit à éclairer d’une couleur « cendrée » la partie de la Lune encore dans la nuit. On appelle aussi cela un « clair de Terre » sur la Lune.

La lumière cendrée me fait toujours penser à ces vers de Victor Hugo (La Légende des Siècles) :

Les astres émaillaient le ciel profond et sombre ;

Le croissant fin et clair parmi ces fleurs de l’ombre

Brillait à l’occident, et Ruth se demandait,

Immobile, ouvrant l’oeil à moitié sous ses voiles,

Quel Dieu, quel moissonneur de l’éternel été,

Avait, en s’en allant, négligemment jeté

Cette faucille d’or dans le champ des étoiles.

.

Ne ratez pas ce splendide rendez-vous céleste que nous offre la nature car l’an prochain, Jupiter et Saturne seront à nouveau là mais Mars sera absente.

Pour les passionnés de mythologie, ce sera un spectacle somptueux et inoubliable. Imaginez un peu :

Mars, Dieu romain de la guerre (assimilé chez les Grecs à Ares), sera suivi de Jupiter, son père (Zeus chez les Grecs), et de Saturne, son grand-père (Chronos chez les Grecs et père de Zeus). Tout cela sur un fond de ciel assimilé au Dieu grec Ouranos (le ciel étoilé), époux de Gaïa, notre Terre.

Si on compte Vénus, qui brille le soir de mille feux au couchant, ce ne sont pas moins de 5 générations de Dieux et Déesses qui veillent sur nous au moment où nous célébrerons la Miséricorde !

Au 17 ème siècle, la Madunuccia nous a protégé de la peste. Alors, en cette période de danger sanitaire, pouvait-on rêver meilleure protection céleste ?

Pour observer les satellites de Jupiter et les anneaux de Saturne, rassurez-vous, les deux géantes seront observables en été, en début de nuit, après le coucher de Soleil.

 Lucien Luciani, Président du C.A.A.

Mar 04

« LES ETOILES : UNE VIE APRES LA MORT » le VENDREDI 13 MARS 2020 > Conférence reportée

AFFICHE Conf. Paul 13 mars Etoiles v3

INFORMATION IMPORTANTE : En raison de l’actualité et en accord avec le Syndicat Mixte du Grand Site de la Parata, la conférence, prévue vendredi 13 mars 2020, est reportée à une date ultérieure. 

******

Cette conférence, conçue et animée par Paul DEDIEU, Membre et Président d’Honneur du Club Ajaccien d’Astronomie, sera présentée le VENDREDI 13 MARS 2020 à 18h30 à la Maison d’Accueil du Grand Site de la Parata.

Entrée : 5 € par personne.

La conférence sera suivie, à 21h30, d’une soirée d’observation au télescope et de découverte du ciel à notre Observatoire du Centre Scientifique de Vignola. Conservez votre ticket d’entrée à la conférence, il vous permettra, également, d’assister à la soirée d’Observation.

.

PETITE PRÉSENTATION DU SUJET :

L’étoile se définit, en général, comme une sphère de gaz autogravitante produisant sa propre énergie par réactions nucléaires dans son coeur.

Or, l’Univers contient des étoiles de natures différentes qui ne répondent pas à cette définition, et la liste est longue.

Parmi les plus intéressantes figurent les étoiles « mortes », issues de la définition ci-dessus. Ce sont en particulier:

  • Les naines blanches : Restes d’étoiles de la taille du Soleil qui, après avoir épuisé leur carburant, l’Hydrogène, se trouvent ramenées à la taille de la Terre avec une très grande densité et donc une forte gravité. Avides de matière, elles peuvent grossir jusqu’à une masse qui les fait exploser en « chandelle standard », objet qui devient un outil de mesure des distances dans la galaxie par le fait qu’elles ont toutes la même luminosité. La mesure de la variation de la lumière, quand elle se déplace, permet alors de déterminer la distance.
  • Les Pulsars : Résultat de l’effondrement d’une étoile plus massive que le Soleil, les Pulsars sont des objets, lorsqu’ils sont « millisecondes » (plusieurs centaines de tours par seconde), qui peuvent fonctionner comme des satellites de communication à l’échelle de la Galaxie. Ils permettraient ainsi le guidage pour la navigation galactique future.
  • Les Ondes Gravitationnelles : Elles sont la conséquence de la rencontre de deux objets massifs comme les Trous Noirs ou les étoiles à neutrons. Annoncées dans la théorie de la Relativité, elles n’ont été découvertes qu’en 2015. Elles sont certainement un outil précieux pour la recherche en astronomie et astrophysique car, de nature mécanique, elles complètent les autres moyens jusqu’à présent basés sur les ondes électromagnétiques. Mais surtout, elles pourront permettre à la recherche scientifique de se rapprocher de l’origine du Big-Bang, la lumière n’étant apparue que 380.000 ans après cet évènement.

cycle-de-vie-du-soleilLe Soleil, de la naissance à la mort

(crédit photo: comprendrelastronomie.wordpress.com)

.

Renseignements au 06.84.75.71.78.