Ephémérides et Constellation du mois

 

EPHEMERIDES DU MOIS DE NOVEMBRE 2017

(Les horaires sont donnés en Temps Universel (UTC). Pour obtenir l’heure locale rajouter 1 heure).

 
 Au cours de ce mois de novembre notre étoile traverse toute la constellation de la BALANCE , puis celle du SCORPION en 6 jours pour arriver, en toute fin de mois, dans la constellation d’OPHIUCHUS.
 
La planète MERCURE n’est guère visible dans les dernières lueurs du Soleil couchant. Elle passe de la constellation de la VIERGE à celle de la BALANCE puis elle traverse la constellation du SCORPION en 3 jours seulement du fait de son inclinaison très basse sur le plan de l’écliptique. Elle traverse la constellation d’OPHIUCHUS pour arriver, en fin de mois, dans la constellation du SAGITTAIRE.
 
Avec sa magnitude de -3,95, la planète VENUS est le phare du matin. Elle quitte la constellation de la VIERGE pour entrer dans celle de la BALANCE à la mi-novembre.
 
La planète MARS se lève de plus en plus tôt dans la constellation de la VIERGE.
 
La planète JUPITER se lève à l’aube. Elle passe de la constellation de la VIERGE à celle de la BALANCE au milieu du mois.
 
La planète SATURNE décline rapidement dans les dernières lueurs du Soleil couchant d’abord dans la constellation d’OPHIUCHUS puis dans celle du SAGITTAIRE en fin de mois.
 
La planète URANUS est à voir dans la constellation des POISSONS dès le coucher du Soleil.
 
La lointaine planète NEPTUNE est à chercher dans la constellation du VERSEAU dès la tombée de la nuit.
         
                                                                                                                                  
MERCREDI 1er NOVEMBRE :
A 12h00 s’ouvre le 2.458.059 ème jour Julien.
 
VENDREDI 3 NOVEMBRE :
L’équation de temps atteint son plus grand maximum de l’année, ce qui fait qu’à BASTIA, le Soleil franchit le méridien à 11h06, soit 16 minutes et 26 secondes d’avance sur le passage théorique du Soleil moyen.
 
SAMEDI 4 NOVEMBRE :
A 05h23, c’est la pleine LUNE dans la constellation de la BALEINE.
 
DIMANCHE 5 NOVEMBRE :
A 14h21, la planète MERCURE entre dans la constellation du SCORPION.
 
LUNDI 6 NOVEMBRE :
A 00h08, notre satellite passe par son périgée à une distance géocentrique de 361.438 km dans la constellation du TAUREAU.
 
MERCREDI 8 NOVEMBRE :
A 02h54, notre satellite, situé dans la constellation des GEMEAUX, franchit le méridien au plus haut dans le ciel à 66° 48′ d’arc au-dessus de l’horizon Sud.
 
VENDREDI 10 NOVEMBRE :
A 20h36, le Dernier Quartier de LUNE se produit dans la constellation du LION.
 
SAMEDI 11 NOVEMBRE :
A 14h49, la planète MERCURE entre dans la constellation d’OPHIUCHUS.
 
DIMANCHE 12 NOVEMBRE :
A 16h30, sur un horizon Ouest bien dégagé, ne manquez pas le coucher de MERCURE à 2° 13′ 44″ au-dessus de l’étoile α (alpha) Scorpii, alias ANTARES, dans la constellation du SCORPION.
 
LUNDI 13 NOVEMBRE :
A 04h59, ne manquez pas le lever de la planète JUPITER située à 0° 18′ 01″ d’arc sous la planète VENUS, toutes les deux situées dans la constellation de la VIERGE.

MERCREDI 15 NOVEMBRE :
Entre 06h49 et 14h27, la planète MERCURE fait une incursion dans la constellation du SCORPION.
 
VENDREDI 17 NOVEMBRE :
Profitez de l’absence de la LUNE pour observer la pluie d’étoiles filantes des LEONIDES dont le maximum a lieu à 11h22. Le radiant a pour coordonnées : A.D. = 10h 08min. D. = + 22°. Le Taux Horaire Maximum est de 20 météorites par heure et leur vitesse de pénétration est de 71 km/s.
 
SAMEDI 18 NOVEMBRE :
A 11h42, c’est la Nouvelle LUNE dans la constellation de la BALANCE.
 
DIMANCHE 19 NOVEMBRE :
A 02h06, la planète SATURNE entre dans la constellation du SAGITTAIRE.
 
MARDI 21 NOVEMBRE :
– A 12h47, c’est le maximum de l’essaim d’étoiles filantes des ALPHA MONOCEROTIDES. Le radiant a pour coordonnées : A.D. = 07h 48min. D. = + 01°. Le Taux Horaire Maximum est variable et leur vitesse de pénétration est de 65 km/s.
A 18h52, notre satellite passe par son apogée à une distance géocentrique de 406.131 km dans la constellation du SAGITTAIRE.
 
MERCREDI 22 NOVEMBRE :
A 14h20, situé dans la constellation du SAGITTAIRE, le mince croissant lunaire franchit le méridien au plus bas à 26° 42′ au-dessus de l’horizon Sud.
 
JEUDI 23 NOVEMBRE :
A 09h54, le Soleil entre dans la constellation du SCORPION.
 
VENDREDI 24 NOVEMBRE :
A 00h27, la planète MERCURE atteint sa plus grande élongation orientale à 22° à l’Est du Soleil.
 
DIMANCHE 26 NOVEMBRE :
A 17h03, le Premier Quartier de LUNE se produit dans la constellation du VERSEAU.
 
LUNDI 27 NOVEMBRE :
A 02h14, la planète MERCURE entre dans la constellation du SAGITTAIRE.
 
MARDI 28 NOVEMBRE :
A 17h00, sur un horizon Ouest bien dégagé, ne manquez pas le coucher de la planète MERCURE surplombée de 3° 01′ 30″ par la planète SATURNE dans la constellation du SAGITTAIRE.
 
MERCREDI 29 NOVEMBRE :
A 21h57, le Soleil entre dans la constellation d’OPHIUCHUS. Autrement dit, le Soleil ne reste dans la constellation du SCORPION que 6 jours 12 heures et 3 minutes.
 
 
 
 

LA CONSTELLATION DU MOIS : ORION

              orion (astronoo.com)
 (crédit image : astronoo.com)
 
ORION (dibonsmith.com)
(crédit image : dibonsmith.com)
                                                                             

La constellation d’ORION est une des plus belles constellations du ciel d’automne.

 
Elle est limitée à l’Ouest par les constellations du fleuve ERIDAN et du TAUREAU par 04h 40min en Ascension Droite,
Au Nord par les constellations du TAUREAU et des GEMEAUX par 22° 40min en Déclinaison, 
Les constellations des GEMEAUX et de la LICORNE la limitent à l’Est par 06h 25min 42s en Ascension Droite,
Coupée en deux par l’équateur céleste, c’est la constellation du LIEVRE qui la limite au Sud par -10° 55′ 50″ en Déclinaison.

Elle couvre 594 degrés carrés, ce qui la place au 26e rang des constellations.
 
Elle compte 120 étoiles visibles de magnitude inférieure ou égale à 6.
 
Ce qui fait la richesse d’Orion, ce sont les 23 nébuleuses à émission, les 3 nébuleuses à réflexion, les 4 nébuleuses obscures dont la célèbre Tête de Cheval, 2 nébuleuses planétaires, 20 amas ouverts ainsi qu’une trentaine de galaxies de magnitude supérieure à 12.
 
La constellation d’ORION représente le chasseur géant ORION, fils de POSEIDON et de la princesse EURYALE, fille du Roi MINOS.
 
Outre son habilité à la chasse, il pouvait au choix marcher sur les eaux ou sur le fond de la mer, ce qui est pratique pour surprendre le gibier.
Il épousa en première noce la fière princesse Sidé qui lui donna deux filles, les Coronides, Ménippé et Métioché au destin tragique.
Sidé fut précipitée dans le Tartare pour avoir osé se comparer à Héra, épouse de Zeus, et ses filles se sacrifièrent pour épargner de la peste la ville d’Athènes.
Très triste, Orion se rendit sur l’île de Chios. Le Roi de l’île, Oenopion, fils de Dionysos, avait une fille, Mérope, dont Orion tomba amoureux.
Pour obtenir sa main, Orion devait débarrasser l’île de tous les animaux sauvages. Une fois sa tâche terminée, Oenopion n’avait pas l’intention de tenir sa promesse. 
Orion, furieux, saccagea le palais royal. Oenopion offrit une outre de vin à Orion qui la but totalement et tomba ivre mort. Oenopion lui fit crever les yeux et l’abandonna sur une plage.
Orion marcha droit devant lui jusqu’à l’île de LEMNOS attiré par le bruit des forges d’Héphaïstos. Celui-ci lui proposa l’aide de son apprenti, Céladion, qui, juché sur l’épaule d’Orion, lui servit de guide jusqu’à l’Océan lointain.
Fixant son regard vide vers l’Est, l’aurore, Eos, compatit à sa douleur et demanda à son frère, Hélios, de rendre la vue au géant. Orion retourna à Chios pour se venger d’Oenopion. En chemin, Artémis lui demanda d’oublier sa vengeance et de chasser avec elle, ce que fit volontiers Orion.
Son frère, Apollon, jaloux du bonheur d’Artémis et craignant pour la vertu de sa sœur, envoya un scorpion invulnérable pour tuer Orion. Celui-ci combattit tout d’abord le Scorpion puis, malgré ses efforts restés vains, il se réfugia dans la mer pour échapper à ce monstre. Apollon désigna à Artémis cette lointaine cible indistincte et mouvante sur la mer. Artémis releva le défi et, d’une flèche bien ajustée, tua Orion.
La mer rejeta sur le rivage le corps d’Orion. Artémis, se rendant compte de sa méprise, transporta le corps d’Orion dans les cieux et Apollon en fit de même pour le scorpion qui l’avait si bien servi.
Le combat continua et Zeus intervint pour séparer les deux combattants le plus loin possible l’un de l’autre. C’est la raison pour laquelle on ne peut pas voir Orion et le Scorpion en même temps dans le ciel.
 
La forme générale de la constellation d’Orion rappelle celle d’un grand papillon.
 
En partant de l’étoile principale α (alpha) Orionis, alias Bételgeuse, marquant l’épaule droite du géant Orion, dans le sens des aiguilles d’une montre, nous ferons le tour de la constellation. Bételgeuse est une étoile rouge monstrueuse, de magnitude variant de 0,00 à 1,30 en 6 ans. Elle est située à 427 al. On a pu avoir, par interférométrie, des détails de sa surface. Si elle était située à la place de notre étoile, sa surface oscillerait entre les orbites de Mars au minimum et de Jupiter au maximum.
 
Marquant la tête d’Orion, nous trouvons l’étoile λ (lambda) Orionis, de magnitude 2,28, alias Heka, ce qui signifie la tâche blanche. C’est une étoile double dont l’étoile principale est une géante bleue très chaude (33000 ° k), de type spectral O8 III et de magnitude 3,39. Son compagnon, blanc bleuté, est séparé de 4″ d’arc, de magnitude 5,61, de type spectral B0 V, ce qui traduit une température de surface de 27000 ° k. le système binaire est situé à 1100 al et fait partie de l’amas ouvert Collinder 69 qui compte une vingtaine d’étoiles. C’est une nébulosité blanchâtre en arrière-plan qui donne son nom à l’étoile.
 
L’épaule gauche d’Orion est marquée par l’étoile γ (gamma) Orionis, alias Bellatrix, la guerrière. C’est une étoile blanc bleu de magnitude 1,64 et distante de 243 al.
 
Le côté gauche du baudrier d’Orion est marqué par l’étoile δ (Delta) Orionis, alias Mintaka. Nous avons à faire à un système quintuple dont l’étoile principale, de magnitude 2,25, est une géante bleue de type spectral O9 II, ce qui traduit une température de surface de 35000 ° k. Elle est associée à la nébuleuse IC 426. 
 
Le pied gauche d’Orion est marqué par l’étoile β (bêta) Orionis, alias Rigel, située à 775 al de nous. C’est une étoile géante bleue avec un diamètre de 974 millions de km, à comparer avec le 1,4 million de km du Soleil. C’est un système triple et les deux compagnons sont situés à 2000 ua de la principale.
 
Le pied droit est indiqué par l’étoile blanche κ (kappa) Orionis, alias Saïph, ou l’épée du géant, de magnitude 2,07 distante de 722 al. C’est une super géante blanc bleue, de type spectral B0,5 I var avec une température de surface de 26000° k.
 
Le côté droit du baudrier est marqué par l’étoile multiple ζ (dzêta) orionis, alias Alnitak, dont la principale est une super géante blanc bleue distante de 817 al. Le système est composé d’un couple serré ζ Aa et ζ Ab et d’une autre étoile ζ B gravitant autour du barycentre commun. Le système Alnitak baigne dans la nébuleuse IC 434 où se trouve la nébuleuse obscure la plus célèbre, celle de la Tête de Cheval, alias Barnard 33.
 
Le milieu du baudrier d’Orion est marqué par l’étoile ε (epsilon) Orionis, alias Alnilam. C’est une super géante blanc bleue située à 1342 al. Elle fait partie de l’amas ouvert Collinder 70 comptant une centaine d’étoiles.
 
L’alignement des trois étoiles Mintaka, Alnilam et Alnitak est appelé les mages ou les trois rois.
 
Sous Alnilam se trouve l’étoile Θ (thêta) Orionis qui est en réalité un système multiple appelé le trapèze d’Orion. Ce groupe d’étoiles bleues illumine la nébuleuse M 42, un des plus beaux objets du ciel profond.
 
 

 LES OBJETS DU CIEL PROFOND DANS LA CONSTELLATION D’ORION

tableau-éphémérides-nov 17

 

 

_____________________________________________________________________________________

RAPPEL DU SENS DES ABRÉVIATIONS UTILISÉES ET DEFINITIONS :

Les Coordonnées célestes sont indiquées sous les termes suivants :
– La longitude d’un astre est l’Ascension Droite exprimée en heures, minutes et secondes à partir du point vernal (point où la trajectoire apparente du Soleil dans le plan de l’écliptique franchit, dans le sens Sud Nord, le plan de l’équateur céleste au printemps) et abrégée en A.D. comme sur le cadran de la montre dont minuit est le zéro.
– La latitude d’un astre est la Déclinaison exprimée en degrés ° , minutes et secondes ‘ ‘  d’arc. Le demi-cercle, dont l’axe passe par les pôles, est divisé  en degrés, minutes et secondes. Le zéro est dans le prolongement de l’équateur céleste et, si la déclinaison est positive, nous sommes dans l’hémisphère Nord. Dans le cas contraire, nous sommes dans l’hémisphère Sud.

Conjonction : une conjonction se produit entre deux astres lorsqu’au cours de leurs trajectoires apparentes ont la même longitude céleste.

 
Distances :
– Les distances sont exprimées dans le système métrique, le mètre abrégé en m, le kilomètre abrégé en km.
– Pour les grandes distances, nous compterons à l’intérieur du système solaire en Unités Astronomiques abrégées en UA. L’Unité Astronomique est le demi-grand axe de l’orbite terrestre atour du Soleil. Elle est égale à 149 597 870 700 km.
Hors système solaire, les distances sont si grandes, qu’il est plus pratique d’utiliser lannée lumière, al en abrégé. l’al vaut 9 460 730 472 580 800 km arrondis à 10 mille milliards de kilomètres.
Pour les objets encore plus lointains, on utilise le parsec (parallaxe/seconde) abrégé en pc. C’est la distance à laquelle est vue l’Unité Astronomique sous un angle d’une seconde d’arc, soit  3,2616 al.
– Pour les objets du ciel profond, situés dans notre Galaxie, on peut trouver des distances exprimées en kiloparsec abrégé en kpc (1 kpc = 1000 pc) et, pour les galaxies lointaines, en mégaparsec abrégé en Mpc (1Mpc = 1 million de pc), voire en gigaparsec abrégé en Gpc (1 Gpc = 1 milliard de pc).
 
Unité de masse :
– La masse solaire, notée M☉  , est égale à la masse du Soleil et est utilisée pour exprimer la masse des étoiles et autres objets massifs.
 
Spectre et taille des étoiles :
Lorsqu’une étoile est observée à travers un instrument appelé Spectroscope, la lumière de celle-ci est décomposée en diverses couleurs allant du violet au rouge sombre et comportant des raies brillantes ou sombres.
Le résultat de l’analyse va nous donner des informations sur la température liée à la couleur et la masse de l’étoile.
Toutes ces étoiles analysées ont donné lieu à une  classification allant des étoiles les plus chaudes émettant principalement dans le violet aux plus froides dont le rayonnement est rouge sombre.
Les températures sont données en degrés Kelvin (° K).
Les étoiles sont donc classées ainsi : W – O – B – A – F – G – K – M – R – N – S et chaque classe est subdivisée en dix tranches allant de 0 à 9. Ainsi, une étoile blanche classée A 0 affiche une température de 10.000 ° K alors qu’une étoile classée A 9 affiche une température de 7.500° K.
spectre-etoilesLes autres classes d’étoiles sont peu lumineuses et ne sont observables qu’avec des instruments spécialisés.
La taille d’une étoile est décrite par une série de chiffres romains et de lettres minuscules qui vont de I pour les grosses à VI pour les plus petites :
I-a : super géante très lumineuse comme Erakis dans Céphée
I-b : super géante moins lumineuse comme Sadalmelek dans le Verseau
II : géante brillante lumineuse comme Pi Aur dans le Cocher
III : géante ordinaire comme Aldébaran dans le Taureau
IV : sous-géante comme Alraï dans Céphée.
V : étoiles naines de la séquence principale comme le Soleil
VI : étoiles sous naines de la séquence principale comme Proxima du Centaure.
 
(Ephémérides et Constellation du mois : Yves ETIENNE)