Ephémérides et Constellation du mois

 EPHEMERIDES DU MOIS DE JUILLET 2018

(Les horaires sont donnés en Temps Universel (UTC). Pour obtenir l’heure locale rajouter 2 heures).

 
 
Au cours du mois de juillet, notre étoile, dans sa course apparente sur le plan de l’écliptique, passe de la constellation des GEMEAUX à celle du CANCER.
 
La planète MERCURE, bien visible le soir en début de mois dans la constellation du CANCER, disparait petit à petit dans la constellation du LION à partir de la seconde partie du mois.
 
La planète VENUS, visible en début de soirée dans la constellation du LION, est, avec sa magnitude de -4,2,  le phare du soir.
 
La planète MARS, visible dès le crépuscule, passe à l’opposition dans la constellation du CAPRICORNE.
 
Située dans la constellation de la BALANCE, la planète JUPITER brille dans le ciel du soir.
 
La planète SATURNE est visible à la fin du crépuscule civil dans la constellation du SAGITTAIRE.
 
La planète URANUS se lève dès le milieu de la nuit dans la constellation du BELIER.
 
La lointaine planète NEPTUNE passe au méridien en seconde partie de nuit dans la constellation du VERSEAU.
   
                                                                                                                           
DIMANCHE 1er JUILLET :
– A 01h37, située dans la constellation du CAPRICORNE, la LUNE franchit le méridien à 3° 58′ 50″ d’arc au-dessus de la planète MARS.
– A 12h00, s’ouvre le 2.458.301 ème jour Julien.
– A 19h28, la planète JUPITER passe au méridien et à 23h06 c’est au tour de la planète SATURNE de passer à 24° 48′ d’arc au-dessus de l’horizon Sud.
 
LUNDI 2 JUILLET :
– A 19h47, début de l’occultation du satellite IO par le limbe de JUPITER.
– A 23h02, fin de l’éclipse du satellite IO par le l’ombre de JUPITER.
 
VENDREDI 6 JUILLET :
– A 07h51, le Dernier Quartier de LUNE se produit dans la constellation de la BALEINE.
– A 16h 46min 44s, la TERRE passe à son aphélie, c’est-à-dire sa plus grande distance au Soleil. Du centre du Soleil au centre de la Terre, nous avons une distance géocentrique de 1,01670 UA, soit 152.094.332 km.
 
SAMEDI 7JUILLET :
A 01h30, l’étoile β Persei, alias ALGOL, atteint son minimum.
 
DIMANCHE 8 JUILLET :
A 15h14, le satellite TITAN atteint son élongation occidentale à 3′ 11″ d’arc à l’Ouest de la planète SATURNE.
 
LUNDI 9 JUILLET :
A 22h19, l’étoile β Persei, alias ALGOL, atteint son minimum.
 
MARDI 10 JUILLET :
A 02h15, la planète naine PLUTON passe au périgée à une distance géocentrique de 32,58241 UA. Je vous laisse le soin de calculer cette distance en km.
 
MERCREDI 11 JUILLET :
La planète JUPITER est stationnaire en Ascension Droite dans la constellation de la BALANCE , puis repart dans le sens direct, c’est-à-dire vers l’Est à 03h45.
 
JEUDI 12 JUILLET :
– A 05h29, la planète MERCURE atteint sa plus grande élongation orientale à 26° 25′ à l’Est du Soleil.
– A 10h04, située dans la constellation du SAGITTAIRE, la planète naine PLUTON est en opposition.
– A 10h46, la LUNE est au plus haut dans le ciel à 67° 42′ d’arc au-dessus de l’horizon Sud lorsqu’elle passe au méridien.
 
VENDREDI 13 JUILLET :
– A 02h48, c’est la Nouvelle LUNE dans la constellation des GEMEAUX. A cette occasion, une éclipse partielle de Soleil se produit pour les manchots de la terre de WILKES sur le contient ANTARCTIQUE. Le maximum a lieu à 03h01.
– A 08h28, notre satellite passe au périgée à une distance géocentrique de 357.403 km.
 
SAMEDI 14 JUILLET  :
– C’est la fête nationale.
– A 21h12, la planète MERCURE entre dans la constellation du LION.
 
DIMANCHE 15 JUILLET :
A 20h00, sur un horizon Ouest bien dégagé, vous pourrez voir le mince croissant lunaire nimbé de sa lumière cendrée au-dessus de REGULUS et VENUS situé 5 degrés plus à l’Est.
 
LUNDI 16 JUILLET :
A 12h39, le satellite TITAN atteint son élongation orientale à 3′ 00″ d’arc à l’Est de SATURNE.
 
JEUDI 19 JUILLET :
A 19h52, le Premier Quartier de LUNE se produit dans la constellation de la VIERGE.
 
VENDREDI 20 JUILLET :
A 09h53, la planète MERCURE passe à son aphélie à une distance héliocentrique de 0,46670 UA.
 
SAMEDI 21 JUILLET :
A 00h42, le Soleil entre dans la constellation du CANCER.
 
MARDI 24 JUILLET :
A 15h14, le satellite TITAN atteint son élongation occidentale à 3′ 10″ d’arc à l’Ouest de la planète SATURNE.
 
VENDREDI 27 JUILLET :
– A 03h11, l’étoile β Persei, alias ALGOL, atteint son minimum.
– A 05h13, la planète MARS passe à l’opposition dans la constellation du SAGITTAIRE.
– A 05h44, notre satellite passe par son apogée à une distance géocentrique de 406.223 km aux confins de la constellation du SAGITTAIRE.
– A 18h40, notre satellite se lève avec sa partie orientale déjà grignotée par l’ombre de la Terre.
– A 20h20, c’est la Pleine LUNE totalement éclipsée dans la constellation du CAPRICORNE. A cette occasion, profitez de l’obscurcissement de la Lune pour voir briller MARS à 5° 52′ 45″ sous notre satellite. A ce moment, la Lune se trouve à 25° 27′ d’arc au-dessus de l’horizon.  La fin de l’éclipse est prévue pour 23h38 à une hauteur de 20° au-dessus de l’horizon.
 
DIMANCHE 29 JUILLET :
A 23h59, l’étoile β Persei, alias ALGOL, atteint son minimum.
 
MARDI 31 JUILLET :
A 07h50, la planète MARS passe au périgée à une distance géocentrique de 0,38496 UA, soit 57.588.800 km de la Terre.
 
 

LA CONSTELLATION DU MOIS : LE LOUP

              Loup (latoileanolwenn.blogspot.com)
 (crédit image : latoileanolwenn.blogspot.com)
 
Loup (fr.wikipedia.org)
(crédit image : fr.wikipedia.org)
                                                                             

La constellation du LOUP est une constellation ancienne répertoriée par l’astronome grec Claude PTOLEMEE sous le nom d’animal sauvage.

Elle représente le roi d’Arcadie LYCAON, père de Callisto, puni par Zeus pour sa cruauté et son impiété. Il faut dire que ce roi autochtone méprisait les étrangers au point de les mettre à mort de façon cruelle.

Zeus, sous les traits d’un miséreux, fit une visite en Arcadie où il entendit dire les pires choses sur lui-même et les autres Dieux de l’Olympe.

Par dérision, il fut invité à la table du roi et pour se moquer de lui, Lycaon lui fit servir de la chair humaine au cours du repas.

Zeus, en colère, transforma Lycaon en loup proscrit dans la campagne arcadienne.

Mais, homme ou loup, Lycaon se montra toujours aussi cruel dévorant les troupeaux et les bergers. Zeus demanda au centaure Chiron de régler le problème et Lycaon finit empalé sur la lance du centaure.

La constellation du Loup est limité à l’Ouest par la constellation du CENTAURE à 14h 19min en Ascension Droite.

Les constellations de la BALANCE et du SCORPION la limitent au Nord par -30° de Déclinaison.
Les constellations du SCORPION et de la RÈGLE la limitent à l’Est à 16h 09min en Ascension Droite.
Les constellations du COMPAS et du CENTAURE forment la limite Sud par -55° 25′ de Déclinaison.
 
Cette petite constellation australe est visible  en quasi-totalité de la plateforme de l’Observatoire de Vignola à Ajaccio.
 
La constellation du LOUP couvre ainsi 334 degrés carrés, ce qui la place au 46ème rang des constellations.
 
Elle compte pas moins de 72 étoiles visibles à l’œil nu et un bras de la Voie Lactée occupe la partie Sud de la constellation.
 
Son nom latin est Lupus, son génitif est Lupi et son abréviation astronomique est Lup.
 
Le 30 avril de l’an 1006 de notre ère, une supernova illumina le ciel avec une magnitude apparente estimée de -7. Distante de 7100 al, cette supernova fut la plus brillante enregistrée dans les temps historiques. Elle se situe à côté de l’étoile β Lupi.
 
L’étoile la plus brillante de la constellation est α (alpha) Lup, alias Kakkab, ce qui en babylonien signifie l’étoile gauche du Centaure. Cette étoile géante bleu blanc, située à 548 al de nous, est une variable de type β Cep, oscillant entre les magnitudes 2,29 et 2,34. Son type spectral est B1,5 III, ce qui nous donne comme température de surface 21800° K.
 
En remontant de 1° et demi vers Antarès, nous arrivons sur l’étoile β Lup qui porte le nom de Kekouan, ce qui en chinois signifie Officier de cavalerie. Cette étoile est une géante bleue située à 524 al.
 
Continuons notre route vers le Scorpion. Nous arrivons sur l’étoile δ (delta) Lup, de magnitude 3,22 qui, comme les précédentes, est une géante blanc bleu située à 510 al et brillant comme 1000 soleils.
 
En remontant de 4° plein Nord, on arrive sur le groupe d’étoiles Φ1 (phi1) Lup et Φ2 (phi2) Lup. L’une, Φ1, est une géante orange de magnitude 3,58 située à 326 al et l’autre, Φ2, une sous-géante blanche de magnitude 4,54 distante de 606 al.
 
En repartant vers Antarès, on arrive sur le museau du Loup marqué par l’étoile χ (khi) Lup. C’est une étoile géante blanche située à 207 al.
 
En plongeant vers la queue du Scorpion, nous arrivons sur l’étoile θ (thêta) Lup qui marque l’oreille de l’animal. Cette étoile blanche est située à 411 al.
 
A partir de l’étoile θ (thêta) Lup vers le Sud-Ouest, les étoiles γ, ε et ζ  marquent le dos et la queue de l’animal.
 
L’étoile γ (gamma) Lup est un système triple distant de 567 al. Les étoiles γ Lup A et γ Lup B forment un couple décrivant autour de son barycentre une orbite très elliptique en 190 années. Au plus près, les deux étoiles sont éloignées de 41 UA et au plus loin de 148 UA. L’étoile γ Lup A est une binaire spectroscopique. La magnitude intégrée de l’ensemble est de 3,51.
 
L’étoile ε (epsilon) Lup est une étoile double dont la composante principale est une sous-géante bleue de magnitude globale de 3,37. Le compagnon est de magnitude 5,04. Le système se situe à 510 al.
 
Enfin, l’étoile ζ (dzêta) Lup est un système multiple distant de 116 al et de magnitude globale de 3,41. L’étoile principale est une géante jaune de type spectral G7 III de magnitude 3,51 et le compagnon est de magnitude 6,69.
 
 
 

 LES OBJETS DU CIEL PROFOND DANS LA CONSTELLATION DU LOUP

tableau-éphémérides juillet17

 

_____________________________________________________________________________________

RAPPEL DU SENS DES ABRÉVIATIONS UTILISÉES ET DEFINITIONS :

Les Coordonnées célestes sont indiquées sous les termes suivants :
– La longitude d’un astre est l’Ascension Droite exprimée en heures, minutes et secondes à partir du point vernal (point où la trajectoire apparente du Soleil dans le plan de l’écliptique franchit, dans le sens Sud Nord, le plan de l’équateur céleste au printemps) et abrégée en A.D. comme sur le cadran de la montre dont minuit est le zéro.
– La latitude d’un astre est la Déclinaison exprimée en degrés ° , minutes et secondes ‘ ‘  d’arc. Le demi-cercle, dont l’axe passe par les pôles, est divisé  en degrés, minutes et secondes. Le zéro est dans le prolongement de l’équateur céleste et, si la déclinaison est positive, nous sommes dans l’hémisphère Nord. Dans le cas contraire, nous sommes dans l’hémisphère Sud.

Conjonction : une conjonction se produit entre deux astres lorsqu’au cours de leurs trajectoires apparentes ils ont la même longitude céleste.

 
Aphélie : la plus grande distance au Soleil.
 
Distances :
– Les distances sont exprimées dans le système métrique, le mètre abrégé en m, le kilomètre abrégé en km.
– Pour les grandes distances, nous compterons à l’intérieur du système solaire en Unités Astronomiques abrégées en UA. L’Unité Astronomique est le demi-grand axe de l’orbite terrestre atour du Soleil. Elle est égale à 149 597 870 700 km.
Hors système solaire, les distances sont si grandes, qu’il est plus pratique d’utiliser lannée lumière, al en abrégé. l’al vaut 9 460 730 472 580 800 km arrondis à 10 mille milliards de kilomètres.
Pour les objets encore plus lointains, on utilise le parsec (parallaxe/seconde) abrégé en pc. C’est la distance à laquelle est vue l’Unité Astronomique sous un angle d’une seconde d’arc, soit  3,2616 al.
– Pour les objets du ciel profond, situés dans notre Galaxie, on peut trouver des distances exprimées en kiloparsec abrégé en kpc (1 kpc = 1000 pc) et, pour les galaxies lointaines, en mégaparsec abrégé en Mpc (1Mpc = 1 million de pc), voire en gigaparsec abrégé en Gpc (1 Gpc = 1 milliard de pc).
 
Unité de masse :
– La masse solaire, notée M☉  , est égale à la masse du Soleil et est utilisée pour exprimer la masse des étoiles et autres objets massifs.
 
Spectre et taille des étoiles :
Lorsqu’une étoile est observée à travers un instrument appelé Spectroscope, la lumière de celle-ci est décomposée en diverses couleurs allant du violet au rouge sombre et comportant des raies brillantes ou sombres.
Le résultat de l’analyse va nous donner des informations sur la température liée à la couleur et la masse de l’étoile.
Toutes ces étoiles analysées ont donné lieu à une  classification allant des étoiles les plus chaudes émettant principalement dans le violet aux plus froides dont le rayonnement est rouge sombre.
Les températures sont données en degrés Kelvin (° K).
Les étoiles sont donc classées ainsi : W – O – B – A – F – G – K – M – R – N – S et chaque classe est subdivisée en dix tranches allant de 0 à 9. Ainsi, une étoile blanche classée A 0 affiche une température de 10.000 ° K alors qu’une étoile classée A 9 affiche une température de 7.500° K.
spectre-etoilesLes autres classes d’étoiles sont peu lumineuses et ne sont observables qu’avec des instruments spécialisés.
La taille d’une étoile est décrite par une série de chiffres romains et de lettres minuscules qui vont de I pour les grosses à VI pour les plus petites :
I-a : super géante très lumineuse comme Erakis dans Céphée
I-b : super géante moins lumineuse comme Sadalmelek dans le Verseau
II : géante brillante lumineuse comme Pi Aur dans le Cocher
III : géante ordinaire comme Aldébaran dans le Taureau
IV : sous-géante comme Alraï dans Céphée.
V : étoiles naines de la séquence principale comme le Soleil
VI : étoiles sous naines de la séquence principale comme Proxima du Centaure.
 
Magnitudes
Un petit rappel pour les observateurs à l’oeil nu. Lorsqu’il est indiqué la magnitude des planètes ou des étoiles, il s’agit de l’éclat apparent de l’astre nommé.
Pour les astronomes d’avant GALILÉE, les astres qui apparaissaient dans le ciel entre le coucher et une heure après son coucher étaient dits de première grandeur ou encore de magnitude 1.
Les astres apparaissant dans le ciel entre la première heure et la seconde étaient dits de seconde grandeur et ainsi de suite jusqu’à la sixième heure après le coucher du Soleil, ce qui correspond au milieu de la nuit.
Ainsi donc, les étoiles de magnitude 1 sont plus brillantes que celles de magnitude 2 qui sont plus brillantes que celles de magnitude 3 et ainsi de suite jusqu’à celles qui n’apparaissent visibles à l’œil nu en milieu de nuit, c’est à dire de magnitude 6.
La magnitude apparente mesure la fraction de puissance émise par l’astre considéré et reçue par 1 mètre carré de surface terrestre.
Elle est symbolisée par la lettre m et elle est définie comme suit : m = – 2,5 log E + C      c’est la Loi de POGSON.
C’est une constante permettant de mettre en corrélation l’échelle des magnitudes avec celle des grandeurs en mesurant l’éclat de différentes étoiles autour de l’étoile polaire.
L’échelle des magnitudes est décroissante. Ainsi, lorsqu’on rajoute 1 à une magnitude, on divise l’éclat par 2,512.
En clair, une étoile de magnitude 6 est 2,512 fois moins lumineuse qu’une étoile de magnitude 5 qui est elle-même 2,512 fois moins lumineuse qu’une étoile de magnitude 4 qui est elle-même 2,512 fois moins lumineuse qu’une étoile de magnitude 3 et ainsi de suite. Si on fait le calcul, une étoile de magnitude 6 tout juste visible à l’oeil nu, est 100 fois moins lumineuse qu’une étoile de magnitude 1.
 
 
(Ephémérides et Constellation du mois : Yves ETIENNE)