ASTRONOMIE EN MER – SAISON 2024

Soirée Astronomie en Mer avec le Club Ajaccien des Amateurs d'Astronomie

Les soirées d’astronomie en mer à bord d’un vieux gréement sont reconduites pour l’été 2024, du 1er juillet au 31 août. Selon la météo, ces soirées peuvent être programmées jusqu’à la mi-septembre.

La personne en charge de notre site de réservation étant indisponible jusqu’à la fin du mois de juin, veuillez, pour le moment, vous inscrire directement auprès de Monsieur LUCIANI en adressant un texto au 06 84 75 71 78, en indiquant :

– la date souhaitée,

– le nombre de personnes avec le nombre d’enfants (à la demande du skipper, pas d’enfant en-dessous de 8 ans),

– votre nom.

 

Les sorties sont prévues tous les lundis et la plupart des mercredis.

Départ vers 21h00-21h15 du port de l’Amirauté (Jetée du Marconagio). Présentation au bateau 30 minutes avant le départ.

Trajet : Port de l’Amirauté – îles sanguinaires (Grand site de France) et retour.

Durée : 2h30 à 2h45.

Tarif : 45 € / personne (paiement à l’embarquement par chèque ou espèces).

Programme : découverte de la voûte céleste, initiation à l’orientation grâce aux étoiles, notions générales d’astronomie, le tout agrémenté de contes mythologiques en relation avec les constellations visibles.

Attention : 

– Pas de toilettes à bord ; prendre ses précautions avant.

– L’été, au milieu du golfe, la température chute de plusieurs degrés ; Prévoir un gilet ou un blouson.

 

Le Club Ajaccien d’Astronomie est le seul club en France à proposer ce genre d’activité.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à appeler le 06 84 75 71 78.

Le retour de la comète !

Nous avons l’occasion d’observer ces prochains jours la comète 12P/Pons-Brooks qui revient nous voir tous les 71 ans.

Son orbite est très inclinée (74°) par rapport au plan de révolution des planètes (l’écliptique), elle passera au plus près du Soleil à 0,78 UA* le 21 avril prochain avec une magnitude prévue de 4 donc théoriquement visible à l’œil nu. Il est cependant conseillé de se munir de jumelles ou d’un télescope, avec un champ suffisamment large car la queue s’étend sur plusieurs degrés.

Depuis nos latitudes, l’objet est visible en tout début de nuit, une douzaine de degrés au-dessus de l’horizon Nord-Ouest ; il se déplace d’environ 1,2° chaque jour vers l’Ouest. Il faut commencer à l’observer dès le mois de mars, bien que la Lune soit gênante du 15 au 25. Autour du 31 mars, l’étoile Hamal (Alpha du Bélier, magnitude 2) constituera un bon repère.

Le 10 avril vers 21h, la comète formera un triangle intéressant avec la Lune en fin croissant et la planète Jupiter. Après le 12 avril, l’objet sera trop bas et trop proche du Soleil ; il faudra ensuite aller dans l’hémisphère sud pour l’observer.

Cette comète présente des sursauts d’éclat dus au rayonnement solaire fissurant son noyau d’environ 30 km, lequel laisse échapper des nuages de glace et de poussières. La couleur verte provient de la fluorescence du cyanogène (C2N2) et du carbone diatomique (C2) sous l’effet du rayonnement UV du Soleil.

Comète 12P/Pons-Brooks
La comète photographiée par Christian Guerrini le 7 mars 2024

* 1 unité astronomique (UA) = distance moyenne Terre-Soleil = 150 millions de km

Des informations plus détaillées sur ces objets étonnants sont disponibles ici :

http://astrophotofacile.canalblog.com/pages/les-cometes/38855467.html

Soirées découverte du ciel nocturne et observation au télescope – saison 2024

M8 - Nébuleuse du Lagon - photo : Christian Guerrini

Le Club Ajaccien d’Astronomie accueille régulièrement le public à son Observatoire du Centre Scientifique de Vignola, pour des soirées de découverte du ciel et d’observation au télescope.

L’accueil du public se fait entre une et deux fois par mois selon la disponibilité des membres-animateurs, les conditions météo, et l’accueil des scolaires. Le calendrier des soirées, publié sur cette page, est régulièrement mis à jour.

Programme des soirées

  • Découverte de la voute céleste, identification des plus belles étoiles et constellations, initiation à l’orientation grâce aux étoiles,
  • Contes mythologiques en relation avec les objets observés,
  • Observation au télescope du relief lunaire, de nébuleuses, galaxies, amas d’étoiles, de planètes selon les périodes.

Tarifs

5 € par personne, gratuit pour les enfants de moins de 8 ans, et pour les membres du Club.

Conditions d'accueil

Uniquement sur réservation. En cliquant sur un des liens ci-dessous, vous serez redirigé sur la page HelloAsso et pourrez réserver votre soirée.

Recommandations

  • Il est recommandé de se présenter à l’accueil 10 mn avant le début de la soirée,
  • Il est interdit de pénétrer en voiture dans l’enceinte de l’Observatoire, le parking destiné au public est situé sur la droite avant le panneau indiquant l’entrée du site,
  • pas de lumière blanche ( lampe torche, lampe de téléphone portable..) sur un site d’observation où seule la lumière rouge est acceptée,
  • Bien se couvrir en hiver ; pendant la saison estivale prévoir un gilet.

Contact

Pour tous renseignements : Lucien LUCIANI :

Tel : 06.84.75.71.78

E-mail : contact@ajaccioastronomie.com

 

 

Rencontres de l’Astronomie

Casa di e Scenze organise samedi 24 février les Rencontres de l’Astronomie.

Ouverte à tous les amateurs d’astronomie, curieux de l’espace et des secrets de l’Univers cette journée sera l’occasion de rencontrer les clubs d’astronomie insulaires, des astrophotographes, des scientifiques. 

De nombreuses animations sont prévues lors d’ateliers, de conférences ou d’expositions.

L’exposition « Météorites : entre ciel et terre », prêtée par le Muséum National d’Histoire Naturelle proposera un parcours immersif pour comprendre ce que sont ces pierres tombées du ciel. De belles collections de météorites seront présentées. Ludovic Ferrière, conservateur de la collection de météorites au Muséum d’histoire naturelle de Vienne reviendra sur l’histoire de la météorite d’Asco, tombée en 1805 en Corse ! Et pour l’occasion la météorite sera visible pendant cette journée.

Le Club Ajaccien des Amateurs d’Astronomie participe à ces Rencontres. Il vous propose un atelier ludique pour comprendre les secrets des lunettes et télescopes.

Des séances de planétarium (sur inscription) ainsi q’une exposition d’astrophotographie sont également prévues.

Pour connaitre le détail des activités, c’est par ici !

Nuit des Etoiles d’Hiver 2024

Nuit des Etoiles d'Hiver 2024

INFO DE DERNIERE MINUTE : En raison des mauvaises conditions météo, la nuit des étoiles d’hiver programmée à ce vendredi 9 février 2024 est annulée et reportée à une date ultérieure.

Les nuits d’hiver, lorsque la météo est bien dégagée, se prêtent bien à l’observation du ciel, voire même parfois mieux que les autres saisons ! Certes les températures sont plus froides, mais c’est aussi la raison pour laquelle le ciel est plus pur car il n’est pas perturbé par les brumes de chaleur !

A vos doudounes, bonnet, gants, écharpes !

L’Association Française d’Astronomie et la revue Ciel & Espace organisent les Nuits des Etoiles d’Hiver. Elles sont l’occasion de découvrir le ciel d’hiver et de faire ses premiers pas en astronomie.

Le Club Ajaccien d’Astronomie relaie cet événement à Ajaccio, le vendredi 09 février.

Cette soirée sera l’occasion d’apprendre à reconnaître les principales constellations et étoiles remarquables visibles en cette saison.

Télescope et jumelles vous permettront d’observer des amas, comme les Pléiades, des nébuleuses, comme la Nébuleuse d’Orion, des galaxies, comme la galaxie d’Andromède.

Conditions d’accueil

Uniquement sur réservation. En cliquant sur le bouton ci-dessous vous serez redirigé sur la page HelloAsso et pourrez réserver votre soirée.

Tarif :

5 € par personne, gratuit pour les enfants de moins de 8 ans et pour les membres du Club.

Recommandations importantes :

  • L’accueil se fera uniquement sur réservations (bouton ci-dessus),
  • Il est recommandé de se présenter à l’accueil 10 mn avant le début de la soirée,
  • Il est interdit de pénétrer en voiture dans l’enceinte de l’Observatoire. Le parking destiné au public est situé sur la droite juste avant le panneau indiquant l’entrée du site mais celui-ci sera vite saturé. Il est donc fortement recommandé aux visiteurs de se garer le long de la route d’accès au site, après le rond-point du “Week-End” et de continuer les quelques mètres à pied.
  • Pas de lumière blanche (lampe torche, lumière de téléphone, flash d’appareil photo..) sur un site d’observation où seule la lumière rouge est acceptée.

Quand le Soleil se fâche…

Plusieurs grands ensembles de taches solaires sont apparus depuis le 20 novembre sur notre étoile. Celle-ci approche en effet son maximum d’activité prévu en 2025, selon un cycle de 11 ans : or cette activité peut impacter directement nos réseaux électriques et systèmes de communications.

Taches solaires 23 novembre 2023
Le Soleil photographié avec la lunette Lunt du club le 23 novembre 2023 - le nord de l'astre est à droite - Photo Christian Guerrini

Ces taches correspondent à des anomalies du champ magnétique très puissant de notre astre qui inhibent les mouvements de convection ; leur couleur sombre provient d’une température inférieure de 2000° à celle de la surface.
Elles apparaissent et disparaissent en quelques jours au voisinage des 30e parallèles nord et sud, et sont entrainées par la rotation de l’astre : 1 tour d’Ouest en Est (soit de gauche à droite) tous les 24 jours à l’équateur, un peu plus aux pôle (32 jours).

Les taches sont le siège d’éruptions solaires, visibles ici sur la circonférence, qui projettent dans l’espace des flux intenses de particules et de radiations. Par ailleurs, un autre phénomène appelé éjection de masse coronale envoie aussi des particules chargées qui interagissent avec le champ magnétique et la haute atmosphère terrestre, formant les fameuses aurores boréales qui peuvent devenir visibles jusqu’à nos latitudes.

Plusieurs satellites en orbite autour du Soleil, comme le Solar Dynamics Observatory (SDO) de la NASA, mesurent en permanence la direction et l’amplitude de ces mouvements afin d’avertir la communauté scientifique si la Terre se trouve dans l’axe d’une émission importante.

Des images actualisées plusieurs fois par jour du disque solaire sont disponibles ici : https://sdoisgo.blogspot.com/p/the-sun-now.html

Le site https://www.spaceweatherlive.com/ (en français) fournit une synthèse de l’activité solaire,  des prédictions et des alertes.

Le préavis est de quelques minutes pour les radiations à une vingtaine d’heures pour les flux de particules ; cela est suffisant pour mettre en sécurité les installations sensibles, jusqu’à un certain point… Il n’est pas impossible qu’une tempête très sévère comme celle de l’été 1859 (événement de Carrington) mette hors service tous les satellites en orbite moyenne ou géostationnaires ainsi qu’une bonne partie de la distribution d’électricité sur le globe : plus de téléphone, de GPS, d’Internet… retour au XIXe siècle pendant plusieurs mois sur toute la Terre en attendant les réparations !

L’histoire de l’activité solaire est enregistrée dans les cernes des arbres par leur concentration résiduelle en carbone 14, directement liée à l’intensité des rayons cosmiques. Ainsi, il a été constaté que les maximas des cycles de 11 ans varient dans un rapport de 1 à 3 selon une périodicité de 90 ans environ. Le dernier pic très intense s’étant produit en 1958, nous sommes donc dans une phase “plutôt calme” bien que des sursauts soient toujours possibles.

Notre étoile un peu turbulente doit donc être surveillée de près.

Attention : ne jamais regarder directement le Soleil ni pointer un instrument sans un filtre spécialisé pour l’observation solaire, sous peine de dommages graves et irréversibles.

28 octobre 2023 : La Lune dans l’ombre de la Terre

Ce n’était qu’une éclipse très partielle puisque l’ombre de la Terre a effleuré le bord inférieur du disque lunaire ce 28 octobre entre 21h30 et 23h.

Eclipse de Lune du 28 octobre 2023
Photo : Christian Guerrini

L’ensemble de notre satellite est cependant passé dans la pénombre de la Terre mais celui-ci n’a pas pris la teinte rougeâtre souvent observée en raison de la réfraction des rayons du Soleil qui ont traversé l’atmosphère terrestre, comme lors d’un coucher de Soleil.

L’éclipse de Lune n’est possible que pendant la pleine Lune, quand celle-ci est alignée avec le Soleil et la Terre, à l’opposé de cette dernière. Cela ne se produit pas à chaque lunaison car l’orbite de la Lune est inclinée de 5,1° sur le plan de révolution de la Terre autour du Soleil (l’écliptique). Il faut que les nœuds ascendant et descendant, i.e. les points d’intersection de l’orbite lunaire avec le plan de l’écliptique, soient situés sur la droite Soleil-Terre. Cela explique pourquoi les éclipses de Lune et de Soleil sont souvent proches.

Contrairement à l’éclipse de Soleil, l’éclipse de Lune dure deux à quatre heures et peut être observée depuis toute la moitié « nuit » de la surface de la Terre, pour laquelle la Lune est au-dessus de l’horizon local pendant ce créneau. L’emploi de jumelles est recommandé, il n’y a pas besoin de protection particulière.

Une éclipse de Lune partielle similaire est prévue le 18 septembre 2024 autour de 04h40 TU+2.

La première mesure de la taille de la Lune a été réalisée dans l’Antiquité au moyen de l’observation de ces éclipses qui ont permis de comparer l’ombre de la Terre avec son satellite. Ainsi la Lune est 3,7 fois plus petite que la Terre. Le diamètre apparent de la Lune étant d’un demi-degré soit 1/114e de radian, la distance moyenne Terre-Lune est donc de 114 diamètres lunaires, soit 29 diamètres terrestres. Or ce diamètre avait été calculé par Erathostène d’Alexandrie en 230 avant JC avec une précision remarquable (2%) en mesurant l’écart entre les ombres au solstice d’été sur deux points de latitudes différentes, et la distance entre ces deux points. Ce diamètre vaut 12700 km ce qui donne une distance moyenne Terre-Lune de 384 000 km.

Comme l’orbite de la Lune est une ellipse, cette distance ainsi que son diamètre apparent varient de +/- 7% au cours d’une lunaison. Mais contrairement à une idée reçue, ce diamètre apparent ne dépend pas de la hauteur de l’astre dans le ciel. C’est une illusion sensorielle qui nous fait paraître le disque lunaire ou solaire plus grand quand il est proche de l’horizon.

Quels instruments pour l’astronome amateur ?

Le Club Ajaccien des Amateurs d’Astronomie (C3A) inaugure un nouveau format de conférences avec “Les Ateliers du C3A” !

Une conférence interactive, basée sur les échanges, pour donner des clés afin de s’initier et de se perfectionner en astronomie.

Le premier rendez-vous aura pour thème : Quels intruments pour l’astronome amateur ?

Les photos prises par les télescopes spatiaux tels que Hubble ou le James Webb ont fait découvrir au plus grand nombre la beauté et la diversité des objets célestes. Elles ont peut-être éveillé chez certains leur intérêt pour l’astronomie.

Sous nos latitudes, le ciel nocturne évolue et offre un spectacle renouvelé au fil des saisons. En Corse la qualité du ciel est propice à l’observation de la voûte céleste ; de quoi donner l’envie de s’équiper !

Face à une offre de matériel abondante et diversifiée, les amateurs, comme les parents d’enfants ou d’adolescents intéressés par l’astronomie, peuvent se sentir perplexes.

Choisir un instrument d’observation suscite beaucoup de questions

Quels types d’objets vais-je pouvoir observer ? Comment choisir un instrument adapté à mon programme ? Faut-il préférer une lunette ou un télescope ? Quelle est la différence entre les deux ? Quels sont les principes du grossissement ? Quels sont les accessoires indispensables ? Quel type d’instrument pour commencer avec un enfant ?…

Toutes ces questions et bien d’autres encore seront abordées lors de cette conférence du Club Ajaccien des Amateurs d’Astronomie, en partenariat avec le Grand Site des iles Sanguinaires et de la pointe de la Parata.

Informations pratiques

Date : Mardi 24 octobre à 18 h 00

Lieu : Maison du Site – pointe de la Parata – route des Sanguinaires – Ajaccio

Nombre de places limité, réservation obligatoire sur :

https://www.helloasso.com/associations/club-ajaccien-des-amateurs-d-astronomie/evenements/quels-instruments-pour-l-astronome-amateur

A partager sur Facebook
Affiche conférence "Quels instruments pour l'astronome amateur ?" A partager sur Instagram
A partager sur Instagram

Story Instagram à partager !

La comète surprise de cette fin d’été

Malgré les performances des réseaux de télescopes automatisés qui scrutent le ciel, c’est un astronome amateur japonais, Hideo Nishimura, qui a découvert le 12 août dernier une belle comète.  Elle provient du lointain nuage d’Oort, aux confins du système solaire.

C/2023 P1 va passer près du Soleil le 18 septembre à 0,22 UA (33 millions de km), soit à l’intérieur de l’orbite de Mercure. En raison de sa vitesse élevée, celle-ci échappera à l’attraction de notre étoile et sortira ensuite du système solaire : nous ne la reverrons plus.

C’est une bonne raison pour l’observer avant son passage au plus près de la Terre prévu le 13 septembre. Avec une magnitude comprise entre 2 et 4, elle sera donc théoriquement visible à l’œil nu.

Cependant, elle sera proche du Soleil et donc observable depuis la Corse seulement le matin avant le lever du jour jusqu’au 9 septembre. Elle se trouvera un peu au-dessus de l’horizon Est dans les constellations du Cancer puis du Lion. La planète Vénus qui réapparaît le matin est un bon repère à une dizaine de degrés ; l’emploi de jumelles est cependant conseillé.

Pour mémoire, une comète est un petit corps céleste constitué d’un noyau de glace et de roches de quelques km de diamètre en orbite autour d’une étoile. Lorsque sa trajectoire l’amène près de cette étoile, le noyau s’entoure d’une fine atmosphère brillante constituée de gaz et de poussières, appelée chevelure ou coma. Il arrive fréquemment que l’objet se désintègre à l’approche de son étoile en raison du puissant rayonnement qui échauffe sa surface.

Pour connaître les prochains passages intéressants, le site http://astro.vanbuitenen.nl/comets recense les comètes les plus brillantes détectées récemment et fournit les éléments de leur trajectoire.

Positions de l’objet entre le 24/08 et le 10/09/2023, tracées avec le logiciel Stellarium

Agrandir la carte avec un clic droit.